Le constructeur japonais de véhicules Toyota Motor a annoncé aujourd’hui qu’il prévoyait de commencer à commercialiser des batteries à semi-conducteurs entre 2027 et 2028, un nouveau type d’approvisionnement qui lui permettrait d’améliorer l’autonomie de ses véhicules électriques.

Cette mesure s’inscrit dans la future stratégie de décarbonation rendue publique ce mardi par le leader mondial de l’automobile en volume de ventes, ainsi que d’autres initiatives comme le maintien de l’engagement pour le développement des véhicules à pile à hydrogène.

Toyota Motor a développé sa propre technologie pour les batteries à semi-conducteurs qui est en phase de prototype et, une fois qu’elle atteindra la production à grande échelle à l’horizon prévu, elle remplacera les batteries lithium-ion actuelles utilisées dans ses modèles hybrides.

Toyota Motor prévoit d’introduire des batteries à semi-conducteurs

La firme japonaise a souligné dans la présentation de sa stratégie qu’elle a réussi à améliorer la capacité des batteries actuellement utilisées, en résolvant le problème de la durabilité des nouveaux prototypes (également appelés batteries à électrolyte solide) et en atteignant un certain niveau d’applicabilité pratique .

Toyota avait initialement prévu de commencer à utiliser de nouvelles batteries à semi-conducteurs dans ses véhicules hybrides vers le milieu de cette décennie, bien qu’il ait révisé cette politique en fonction du rythme du développement technologique.

La société prévoit également de réduire les coûts de production de ses véhicules électrifiés et d’introduire des améliorations en matière de conduite autonome et de conception aérodynamique pour une nouvelle gamme de ces voitures qui sera lancée à partir de 2026.

Toyota Motor vise à vendre quelque 1,7 million de véhicules électrifiés cette année-là et à porter ce chiffre à 3,5 millions d’ici 2030, selon sa stratégie.

A lire également