Le PDG de Netflix, Ted Sarandos, a déclaré aujourd’hui lors d’un événement à Séoul que son entreprise est fortement engagée envers les jeunes talents en Corée du Sud et que dans le cadre du plan d’investissement actuel, un élément est envisagé pour que 20% des nouvelles productions du pays asiatique en les années à venir sont de nouveaux créateurs.

« Entre 2022 et 2025, par exemple, un titre Netflix sur cinq en Corée proviendra d’un premier scénariste ou réalisateur », a expliqué Sarandos dans des déclarations recueillies par l’agence Yonhap lors d’un événement organisé dans un hôtel de la capitale sud-coréenne.

En avril dernier, après une visite aux États-Unis du président sud-coréen Yoon Suk-yeol, Sarandos a annoncé un investissement de 2 500 millions de dollars pour créer des films, des séries ou des programmes de télé-réalité en Corée du Sud, soit pratiquement le double de ce qu’il a investi par Netflix. dans le pays asiatique depuis 2016.

Netflix parie sur les jeunes créateurs en Corée du Sud

Sarandos a rappelé que son entreprise a décidé de ne pas suivre les canons hollywoodiens, qui impliquent d’exporter des contenus de productions américaines, et que pour cela elle a investi dans plus de 50 pays car « les belles histoires peuvent venir de n’importe où et être appréciées de n’importe où ». Et nulle part la validité de cela n’a été plus prouvée qu’en Corée.

Pour illustrer le succès des productions sud-coréennes, l’exécutif a souligné que 60% des abonnés ont vu au moins un titre produit dans ce pays, que la consommation de contenus sud-coréens a été multipliée par six ces quatre dernières années ou encore que 90% des visionnages des productions de genre romantique sud-coréennes se déroulent en dehors de la nation asiatique.

A lire également