Ce vendredi, les États-Unis ont demandé au Mexique de vérifier si les travailleurs de l’entreprise Atento Servicios à Pachuca, Hidalgo, se voient refuser le droit à la liberté d’association et à la négociation collective.

Atento Servicios offre un service téléphonique (centre d’appels) pour BBVA México, une unité du groupe financier BBVA.

C’est la première fois en 2024 et la dix-neuvième fois au total que les autorités américaines font appel au mécanisme de réponse rapide du travail prévu dans le Traité entre le Mexique, les États-Unis et le Canada (TMEC). De plus, c’est la première fois qu’il le fait dans une affaire liée au secteur des télécommunications.

« L’AEUMC garantit que les travailleurs peuvent choisir librement un syndicat sans que leur position ou leurs conditions de travail soient compromises », a déclaré la représentante américaine au Commerce, Katherine Tai, dans un communiqué.

Le communiqué souligne que l’enquête a révélé une conduite « atroce » de la part des employeurs dans les installations d’Hidalgo, avec des représailles contre les travailleurs pour leurs activités syndicales et une ingérence dans l’organisation syndicale.

« La réforme de la législation du travail mexicaine et le mécanisme de réponse rapide de l’AEUMC ont été conçus pour répondre précisément à ce type de violation », a déclaré la sous-secrétaire adjointe aux Affaires internationales, Thea Lee.

La demande de ce vendredi, selon Tai, renforce l’engagement des États-Unis à protéger les droits du travail consacrés dans l’AEUMC, lancé en 2020 par ces trois pays.

Les États-Unis ont agi dans ce cadre à la suite d’une demande du Syndicat mexicain des opérateurs téléphoniques (STRM) et après avoir vérifié qu’il existait des preuves suffisantes et crédibles pour étayer la violation des droits du travail.

Le Mexique dispose désormais de 10 jours pour décider s’il accepte la révision demandée et, si tel est le cas, de 45 jours à compter de vendredi pour mener à bien cette procédure, a détaillé le cabinet de Tai dans sa note.

Avec les informations de l’EFE

A lire également