Le Competition Appeal Tribunal (CAT) de Londres a autorisé ce mercredi un recours collectif déposé par le groupe Ad Tech contre Google pour abus présumé de sa position dominante sur le marché numérique au Royaume-Uni.

Ad Tech, promue par Claudio Pollack, Charles Arthur et Kate Wellington et ouverte à tout plaignant potentiel, demande une indemnisation estimée à environ 13,6 milliards de livres (15,981 millions d'euros, 17,37 milliards de dollars) pour la perte de revenus subie depuis le 1er janvier 2014 pour quelque 200 000 pages web ou applications qui auraient été lésées par les pratiques de la multinationale.

Les plaignants accusent la société mère Alphabet Inc, Google LLC, Google Ireland Limited et Google UK Limited d'avoir violé l'article 18 de la loi sur la concurrence de 1998 et l'article 102 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne.

Selon des documents judiciaires, « l’infraction porte sur un abus de position dominante de la part de Google sur trois des marchés de la publicité numérique ».

« L'essence des abus allégués est que Google s'est donné la préférence par rapport à d'autres concurrents sur ces marchés », indique-t-il.

Google fait face à un autre recours collectif pour pratiques anticoncurrentielles

Au cours de la procédure judiciaire, des représentants du géant américain ont tenté d'empêcher l'autorisation du procès au motif qu'il n'était pas suffisamment motivé, ce que les juges ont rejeté ce mercredi.

Cela signifie qu'un procès va désormais avoir lieu, à une date à déterminer.

Ad Tech, qui agira au nom de toutes les parties concernées – à moins qu'elles ne demandent à se retirer – sans frais pour elles, explique sur son site Internet qu'« en 2021, Google a été condamné à une amende par l'Autorité française de la concurrence pour abus de position dominante en matière de publicité. services technologiques.

« Il est possible que les éditeurs basés au Royaume-Uni (et, le cas échéant, leurs partenaires d'édition) qui ont perçu des revenus de la vente de publicités en ligne depuis le 1er janvier 2014, aient également subi des pertes financières » du fait de ce prétendu comportement anticoncurrentiel. l'entreprise, explique-t-il.

Cette année, le CAT a déjà autorisé des recours collectifs contre Meta, la société mère de Facebook, et Apple, pour abus de position dominante dans leurs domaines respectifs.

Avec les informations de l'EFE

A lire également