Le président de l'Association des promoteurs immobiliers (ADI), Jaime Fasja, a assuré que le secteur investira cette année 14,5 milliards de dollars (mdd) dans la construction d'immeubles de bureaux, d'hôtels, de centres commerciaux, de parcs industriels et de zones résidentielles dans le pays. .

« Nous allons investir 14,5 milliards de dollars cette année, cela fait partie de l'engagement de l'Association des Promoteurs Immobiliers, et une partie de cela sont déjà des investissements qui ont été réalisés et qui continueront à l'être », a-t-il déclaré. dans le cadre du 20ème anniversaire du Salon du Développement Immobilier, organisé par l'ADI.

Environ un tiers de l'investissement sera réalisé à Mexico, une entité où plusieurs projets sont arrêtés en raison de nombreuses formalités administratives, a déclaré l'homme d'affaires.

Il a déclaré qu’en 2022 et 2023, 19 millions de dollars ont été investis, même si une grande partie de ce capital a été « égarée ».

« Il y a de nombreux projets en cours aujourd'hui, il ne s'agit donc pas de revenir en arrière, mais de travailler avec les autorités de Mexico pour les résoudre », a déclaré le promoteur immobilier.

Et en raison de l'ampleur de la paperasse, il y a plus de 4 milliards de dollars d'investissements supplémentaires pour Mexico, « qui se trouvent aujourd'hui dans des processus administratifs différents », a-t-il déclaré.

La Vallée de Mexico compte plus de 20 millions d'habitants et constitue une zone de forte croissance, c'est pourquoi il y a une intention de continuer à investir dans la capitale du pays, a-t-il commenté.

L'homme d'affaires a déclaré qu'il espérait une transition ordonnée avec tous les candidats à la présidentielle qui gagneraient le 2 juin.

« Le Mexique a des fondamentaux et des investissements solides, il n'y a donc aucune inquiétude », a-t-il commenté.

« Nous, les promoteurs immobiliers, investissons dans des briques qui restent dans le pays », a-t-il ajouté.

« Aujourd'hui, de nombreux projets sont en construction, de nombreux emplois sont utilisés par le secteur de la promotion immobilière », a-t-il déclaré.

« Nous voyons une année positive, nous voyons une année où le tourisme et l'industrie se portent bien », a-t-il souligné.

Il a souligné que le problème industriel est soutenu par la délocalisation, qui « continue de se renforcer dans le pays, créant davantage d’investissements et d’emplois ».

« En fin de compte, nous pensons que nous allons avoir une année avec des défis comme toujours, mais nous le voyons de manière positive », a-t-il déclaré.

Le président de l'ADI a également mis en garde contre certains défis pour le développement du secteur et de l'économie au Mexique, ainsi que sur la nécessité d'un développement immobilier durable.

Il a admis que la question de l'eau et de l'énergie sont des facteurs qui doivent être abordés, mais a contrasté qu'il existe déjà des techniques dans l'industrie pour améliorer leur utilisation.

C'est pourquoi il a reconnu qu'ils travaillent en étroite collaboration avec le gouvernement fédéral et qu'ils ont approché les candidats à la présidentielle pour élaborer conjointement un plan d'infrastructure au niveau du pays.

« Nous ne pouvons pas le faire seuls en tant que promoteurs, nous avons besoin de cette association et de cette collaboration avec le gouvernement pour qu'il y ait davantage d'infrastructures hydrauliques, électriques et gazières ; ce qui à son tour peut accompagner la croissance et les investissements immobiliers dans ce domaine énergétique », a-t-il noté.

Avec les informations de l'EFE

A lire également