Les 1,2 million de petits commerçants regroupés au sein de l'ANPEC ont appelé les dirigeants élus aux urnes à s'attaquer aux problèmes rencontrés par cette industrie qui génère 2 millions d'emplois indépendants.

Dans sa pétition publiée lundi, le leader des membres de l'Alliance nationale des petits commerçants, Cuauhtémoc Rivera, a soutenu que le secteur continuera à fournir le meilleur service à sa portée, comme il le fait traditionnellement.

Cependant, il a déclaré que les commerçants ont besoin d’une aide urgente sur de multiples questions.

« Nous vous abordons (gouvernements élus) avec cet agenda dans le but de chercher ensemble à établir clairement et de manière coordonnée les meilleures conditions possibles pour le meilleur fonctionnement de l'activité économique des petites entreprises du pays, ce qui se traduit par le développement de la microéconomie. , relancer la consommation locale, dynamiser l'inclusion des femmes, participer au processus de réaménagement vertical avec des entreprises proches de l'habitat et de récupération des espaces publics », a déclaré Rivera.

Dans les questions inscrites à l'ordre du jour de l'ANPEC, étant donné qu'elles constituent la principale préoccupation des commerçants, l'insécurité est considérée comme un principe, car, disent-ils, il est urgent qu'ils mettent fin aux agressions armées.

Ils espèrent également que les vainqueurs des élections du 2 juin répondront à la demande d'un tarif préférentiel pour le service énergétique.

« La facture d'électricité élevée stresse et complique grandement le point d'équilibre des petites entreprises, qui ont constamment du mal à les payer », disent-ils.

De même, ils cherchent à proposer un accompagnement au crédit, et à organiser un fonds de soutien aux petits établissements.

Les procédures d'ouverture de nouvelles entreprises devraient également être simplifiées et les interdictions commerciales devraient être éliminées, ont-ils déclaré.

Et enfin, les adhérents ont réclamé la mise en place d'une certification qui imposerait compétitivité et formalisation des entreprises.

A lire également